Origine du projet

Constat

Un danseur est souvent un fabuleux performer. Il est capable de prouesses physiques au fil de son évolution par la maitrise qu’il a de son corps. En effet, la danse demande de la coordination motrice, de l’endurance cardio-respiratoire ainsi que musculaire, des capacités aérobies et anaérobies, de la force musculaire, de l’agilité, de la souplesse, de la vitesse, un développement de son schéma corporel, une prise de conscience de son orientation spatiale et temporelle mais également des fonctions cognitives poussées. Malheureusement, la plupart des danseurs n’ont pas conscience de tous ces facteurs malgré l’excellent contrôle qu’ils en ont.

Nous nous sommes donc rendu compte que beaucoup ne connaissent pas réellement leur outil de travail, à savoir leur CORPS.

Réflexion

Sur base de notre expérience en tant que danseur mais également en tant que kinésithérapeute, nous souhaitons sensibiliser tous les danseurs au sujet de la connaissance de leur corps. Être capable d’utiliser et d’exploiter le potentiel de ce dernier est une chose, connaitre son fonctionnement en est une autre.

Apprendre sa constitution, son fonctionnement, ce dont il a besoin, comment en prendre soin et le préserver représentent un ensemble de choses qui selon notre point de vue, permet à tout un chacun de repousser les limites et les capacités de son corps.

Motivations

Premièrement, quel que soit le style de danse, nous remarquons que la plupart des professeurs n’ont suivi aucune formation professionnelle concernant la pédagogie de la danse. Trop souvent, ces derniers reproduisent les schémas de leurs propres professeurs sans les remettre en question. De plus, ils sont susceptibles de se retrouver face à des situations à risque de blessures face auxquelles ils peuvent être démunis s’ils ne possèdent pas les connaissances adaptées.

Deuxièmement, lors de spectacle de danse, de battle ou de compétition, les danseurs eux-mêmes ne savent pas comment prendre soin de leur corps. L’alimentation ainsi que l’hydratation ne sont pas adaptées et ils ne prennent pas le temps d’optimiser la récupération de leur outil de travail.